“Regreening Africa”: Results from first dissemination workshops

At the end of November 2019, the ELD Initiative held three dissemination workshops in Senegal, Niger and Ghana. These workshops served to present the results from the ELD case studies and facilitate a policy dialogue, as part of ELD's component in the "Regreening Africa" project. See below a brief summary of the outcomes of each dissemination workshop (see the French version further below).

Senegal

The ELD Initiative held a dissemination workshop in Dakar on 20th November 2019. Four case studies related to the costs of land degradation and the benefits of action were presented - they were:

  1. The costs of deforestation in Pata forest;
  2. The benefits of investing into agro-pastoral systems in Kamb and climate-smart agriculture in Daga Birame;
  3. The social costs of mining activities in Mbar Diop.

The results of the group discussions and ELD Study identified the following main recommendations:

  • The need to improve land use rights and security;
  • The need for “financial engineering” with a mix of financial options made available to land users;
  • The need for “social engineering” to overcome the tragedy of the commons and ensure lasting outcomes.

See the policy brief and synthesis report from the Senegal ELD Studies here.

Niger 

On 26th November, ELD held a dissemination workshop in Niger, where the results from the ELD Studies were presented.

The case study areas were all priority watersheds for restoration as defined within the LDN target setting process: Niger-Est, Maradi, Tahoua and Simiri. Within these areas, six SLM practices were investigated: Half moons, stone walls, bunds, dune fixation, FMNR and Zaïs/Tassas.

The studies concluded that Land Use and Soil Management (LUSM) practices are very useful SLM practices that could reverse the trend of land degradation in Niger. Moving forward, some scale-up options were suggested, including the need for:

  • Improved standards and trainings for farmers to follow technical recommendations;
  • The private sector must analyse the value chain of the services provided by the LUSM practices to motivate more investments;
  • Policy-makers must improve local governance on natural resources.

The Nigerian Environmental Ministry intends to present the results of the ELD studies at a high-level policy event incorporating all Ministries as well as the technical and financial partners in 2020. The ELD report and policy brief will be released soon.

Ghana

On 28th November, ELD Initiative held a workshop in Accra to present the research findings on Farmer Management Natural Regeneration (FMNR) for the Upper West region of Ghana.

The ELD Study and group discussions found that FMNR is profitable to farmers in this region, improves their food security and requires relatively low investment costs. As such, it was found that FMNR is a very promising soil regeneration technique in sahelian environments.

The ELD Study identified the barriers to the uptake of FMNR practices, which include the counterproductive effect of onground agricultural programmes and large subsidies for fertilisers and seeds. To overcome these barriers, the workshop discussions recommended the need to incorporate agriculture into school curriculums and to better align NGOs promoting FMNR with extension service providers and other government programmes. The ELD report and policy brief will be released soon.

ELD Initiative thanks all involved parties for their contributions, ideas and enthusiasm. In particular, our Senegalese partners - l’Université de Thiès, l’Université Cheick Anta Diop (UCAD), l’Institut National de Pédologie (INP), l’Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA), l’Université Alioune Diop (UAD) de Bambey, la Direction de l’Analyse, de la Prévision et des Statistiques Agricoles (DAPSA/MAER), la Direction de la Planification (DP/DGPPE/MEFP), la Direction de la Planification et de la Veille Environnementale (MEDD), la Direction del’Agriculture (MAER), la Direction des Eaux et Forêts, Chasses et de la Conservation des Sols (MEDD); our Nigerian partners - the Centre National de Surveillance Ecologique et Environnmentale, the Faculté d’Agronomie de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, the Institut National de Recherche Agronomique du Niger andthe Université de Dan Dicko Dankoulodo de Maradi; and our Ghanaian partners - Kwame Nkrumah University of Science and Technology, Ministry of Forestry and Agriculture, Environmental Protection Agency, University for Development Studies, Altus Impact and CIKOD.

The research is part of the Regreening Africa project, co-financed by the European Commission and the BMZ.

------

French

Fin novembre 2019, l'Initiative ELD a organisé trois ateliers de diffusion au Sénégal, au Niger et au Ghana. Ces ateliers ont servi à présenter les résultats des études de cas ELD et à faciliter le dialogue politique, dans le cadre de la composante ELD du projet "Regreening Africa". Voir ci-dessous un bref résumé des résultats de chaque atelier de diffusion.

Sénégal

L'ELD a organisé un atelier de diffusion à Dakar le 20 novembre 2019. Quatre études de cas portant sur les coûts de la dégradation des terres et les avantages de l'action ont été présentées :

  1. Les coûts de la déforestation dans la forêt de Pata ;
  2. Les avantages d'investir dans les systèmes agropastoraux à Kamb et dans l'agriculture respectueuse du climat à Daga Birame ;
  3. Les coûts sociaux des activités minières à Mbar Diop.

Les résultats des discussions de groupe et de l'étude ELD ont permis de dégager les principales recommandations suivantes :

  • La nécessité d'améliorer les droits et la sécurité liés à l’utilisation des terres ;
  • La nécessité d'une "ingénierie financière" avec une combinaison d'options financières mises à la disposition des utilisateurs des terres ;
  • La nécessité d'une " ingénierie sociale " pour surmonter la tragédie des biens communs et assurer des résultats durables.

Voir la note politique et le rapport de synthèse des Etudes ELD du Sénégal ici (à lier).

Niger

Le 26 novembre, l'ELD a organisé un atelier de diffusion au Niger où les résultats des études ELD ont été présentés.

Les zones visées par les études de cas étaient toutes des bassins hydrographiques prioritaires à restaurer, tels que définis dans le cadre du processus d'établissement des objectifs du RLD : Niger-Est, Maradi, Tahoua et Simiri. Dans ces domaines, six pratiques de GDT ont fait l'objet d'une enquête : Demi-lune, murs de pierres, diguettes, fixation des dunes, FMNR et Zaïs/Tassas.

Les études ont conclu que les pratiques d'utilisation des terres et de gestion des sols (LUSM) sont des pratiques de GDT très utiles qui pourraient inverser la tendance de la dégradation des terres au Niger. Pour aller de l'avant, certaines options de mise à l'échelle ont été suggérées, notamment :

  • Amélioration des normes et de la formation des agriculteurs pour qu'ils puissent suivre les recommandations techniques ;
  • Le secteur privé doit analyser la chaîne de valeur des services fournis par les pratiques du LUSM pour motiver davantage d'investissements ;
  • Les décideurs politiques doivent améliorer la gouvernance locale des ressources naturelles.

Le ministère nigérian de l'environnement a l'intention de présenter les résultats des études ELD lors d'une réunion politique de haut niveau réunissant tous les ministères ainsi que les partenaires techniques et financiers en 2020. Le rapport de l'ELD et le document de politique générale seront publiés prochainement.

Ghana

Le 28 novembre, l'Initiative ELD a tenu un atelier à Accra pour présenter les résultats de la recherche sur la régénération naturelle de la gestion paysanne (FMNR) dans la région du Haut-Ghana occidental.

L'étude ELD et les discussions de groupe ont montré que le FMNR est rentable pour les agriculteurs de cette région, améliore leur sécurité alimentaire et nécessite des coûts d'investissement relativement faibles. A ce titre, il a été constaté que le FMNR est une technique de régénération des sols très prometteuse en milieu sahélien.

L'étude ELD a identifié les obstacles à l'adoption des pratiques FMNR, notamment l'effet contre-productif des programmes agricoles au sol et les subventions importantes pour les engrais et les semences. Pour surmonter ces obstacles, les participants à l'atelier ont recommandé d'intégrer l'agriculture dans les programmes scolaires et de mieux aligner les ONG faisant la promotion du FMNR sur les prestataires de services de vulgarisation et autres programmes gouvernementaux. Le rapport et le document d'orientation seront publiés sous peu.

L'Initiative ELD remercie toutes les parties impliquées pour leurs contributions, leurs idées et leur enthousiasme. En particulier, nos partenaires sénégalais - l’Université de Thiès, l’Université Cheick Anta Diop (UCAD), l’Institut National de Pédologie (INP), l’Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA), l’Université Alioune Diop (UAD) de Bambey, la Direction de l’Analyse, de la Prévision et des Statistiques Agricoles (DAPSA/MAER), la Direction de la Planification (DP/DGPPE/MEFP), la Direction de la Planification et de la Veille Environnementale (MEDD), la Direction del’Agriculture (MAER), la Direction des Eaux et Forêts, Chasses et de la Conservation des Sols (MEDD); nos partenaires nigérians - le Centre National de Surveillance Ecologique et Environnementale, la Faculté d'Agronomie de l'Université Abdou Moumouni de Niamey, l'Institut National de Recherche Agronomique du Niger, l'Université de Dan Dicko Dankoulodo de Maradi ; et nos partenaires ghanéens - Kwame Nkrumah University of Science and Technology, Ministry of Forestry and Agriculture, Environmental Protection Agency, University for Development Studies, Altus Impact et CIKOD.